Création/Publication

J’ai pour la poésie le respect du silence, celui qui s’en fait à la première blessure, à la moindre écorchures, instruit de présence, il me dit que la vérité. J’ai pour le silence la curiosité du poète, celle qui renait troublée par l’esthétique de la précarité, par le pressentiment aussi. Indicible, c’est luminosité de la quête du partage surnomme déjà Fable propos. Où est la parole est démesure, amour, engagement, passion. Et malgré tout, retenu. Quiconque m’habite sera désormais que l’intuition poétique me vient de ce défi, de ce besoin déraisonnable de suggérer, justement la vérité et le silence à l’urgence de la page blanche. Que la beauté soit!

fayollejean.com